Un jeune historien nous somma un jour, il y a quelques années, de le prouver et tel Racine nous ne pûmes que lui répondre "cela fut car ils y étaient" ! La proche vicomté du bas pays s'est déclarée pour la réforme alors que Ventadour reste attaché à Rome. Il lui faut choisir. Est-cela que l'on refuse ? C’est sur la commune de Meyras, une ancienne cité médiévale, au cœur des volcans ardéchois et du parc naturel régional que jaillissent Ventadour et Chantemerle: les meilleures eaux minérales de France. (voir la page sur Geoffroy et les grandes compagnies) illustration : gravure du XVème siècle montrant A.Marchès. Que n'a-t-on pas écouté notre proposition d'acquérir ou de louer ces pentes pour y rétablir la belle nudité médiévale originelle permettant de juger de l'absolue force des éléments de ce territoire, d'y élever des animaux comme à l'époque et de planter quelques arpents de cépages adaptés, produisant à nouveau le "cru Ventadorn" des Vicomtes ! Ces vestiges ont été mis à bas avant 1914. Il ... A Danièle (1939 - † 2019) ma maman, dont une partie de son lignage d'Ussel (donc très probablement issue des Comborn Ventadorn), puis des Neuvic Champiers, du Boucheron, Beynette d'Ambrugeac et bien d'autres figure ici. Dès le XII, Le "vrai" donjon a toujours semblé être la grande tour carrée, semblable à nombre d'autres en Limousin (Merles etc.). Le duc Gilbert III a du délivrer en 1588 les deux châteaux de Charlus le Pailloux aux mains des huguenots de Maligny. Se souvient-il de Comborn ? Il meurt sur un champ de bataille en 1058. occupant une place forte, Seul Ventadour ne tombait pas dans cette tourmente absolue. Les organisateurs de la chose ne prennent même pas la peine de répertorier l'endroit où ils se trouvaient. A la fin du XIXème s. des cartes postale représentaient encore un haut mur ouest du logis depuis abattu. Remis en liberté sous la convention thermidorienne, ses biens lui furent restitués, ce qui est assez inhabituel en ces temps expéditifs. Ces silhouettes de ruines dévorées par la végétation ne donnent qu’une piètre idée de ce que fut le château-fort de Meyras, plus tard rebaptisé château de Ventadour. La tour ronde redeviendrait ainsi tour d'observation selon sa destination initiale. Il est souvent à Ventadorn, son fils Anne également. D'autres que nous furent choisis pour donner leur avis et choix de gestion. Au XIème siècle, le chevalier de noble lignage vit encore dans un donjon carré dont les murs du premier niveau, certainement déjà en pierre à la fin du siècle, n'offrent pas de prise facile à l'invasion. On mange, dort et s'occupe indifféremment. (Voir la page sur Meyras). Une jacquerie éclata d'ailleurs à Charlus-Champagnac. En 1895 Ventadour, ou ce qu'il en reste, passa aux mains des Lévis Mirepoix, cousins des Lévis Ventadour. Mais pour Ventadour le mystère demeure... et nous restons fidèles à l'ordre classique. Léon Billet et Robert Joudoux s'en désespérèrent maintes fois devant notre amicale. Au moment de la sanglante Saint Barthélemy de 1572 Gilbert III est gouverneur de Limoges et Sénéchal de la province (depuis 1570). A sa mort après 992, son fils Ebles 1er lui succède. Anne de Lévis, comte de Ventadour, lieutenant général en Languedoc et sénéchal du Limousin, obtint du roi Henri III, en février 1578, l'érection de son fief en Duché-Pairie, avec des pouvoirs équivalents à ceux des autres sénéchaux du royaume, réservant, toutefois, les cas royaux. Après 1930, alors que les dégradations continuaient, chacun faisant rouler sa pierre ou l'amenant pour une construction, Clément Chausson instituteur et militant du parti communiste français, dont le Moustier allait devenir pour longtemps une place forte, organisa des fêtes républicaines un peu insolites en ce lieu, mais non dénuées de signification idéologique. Visiblement ils ne comprennent pas les événements qui se mettent en place. Pour certains l'épée, ou d'autres la hache, partit en revanche de Chamalau. Il écrivit quelques poèmes et chansons pendant sa captivité dans le Saint Empire Romain Germanique, à la manière des troubadours dont l’art connaissait son apogée dans les fiefs Plantagenêt d’Aquitaine et du Poitou. Le présidial resta uniquement à Brive dans un premier temps, lors de l'Edit du Roi Henri II en mars 1551, puis  il vit son ressort réduit à celui de sa seule sénéchaussée par la création du Présidial de Tulle en 1635. illustrations : les tours, la barbacanne et la poterne Est © SHAV - la citerne de la grande baille © cabinet Haldés. Les nouveaux comtes sont encore souvent en Limousin mais ils se partagent désormais avec leur fief de Meyras puis de la Voulte en Vivarais dans l'actuelle Ardèche. Les médiévistes parleraient de fief "média-dominant" car il relevait du comte de Poitiers, duc d'Aquitaine, mais possédait, outre ses terres, ses propres vassaux chevaliers, seigneurs ou châtelains. Il n'y avait alors plus grand chose à nettoyer au début des années 1970, mais il fallait engager des investissements très onéreux pour consolider les parements et les murs déparés, relever et reconstruire ce qui était écroulé. Néanmoins il fut encore plusieurs fois revendu, et depuis un demi-siècle il fait l’objet d’une restauration et renaît magnifiquement de ses ruines. Celui-ci et le second devaient servir de poste de gué sur la vallée de la Soudeillette tant la vue est impressionnante. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. De nombreuses affaires lui furent reprochées jusqu'à cet acte du Parlement. L'aplat rocheux et réduit se situe quelques mètres sous le rempart. La concussion dont il est fait mention concerne la perception indue d'argent par abus de son autorité, on peut imaginer ce que cela représentait sur l'ensemble du duché quand on voit ce qui se trâmait sur le seul château. Ventadour devient le centre d'une cour brillante. Une  courte ère de prospérité s'ouvrit dans la ville, sans cesse contrariée par Ussel. Les ultra catholiques de la Ligue pensent extirper ainsi l'hérésie. Cela est certainement en partie vrai, mais en partie seulement. C'est également à Ventadour que restera au moins jusqu'en 1789 le gouverneur en l'absence des Ducs, certes partis depuis longtemps à Versailles et Paris comme toute la haute noblesse. En 1784, un an après (est-ce lié ? Cela n'empêche pas qu'il eut certainement un questionnement sur le choix définitif : fallait-il rester sur ce piton ou bien se transférer ? Le dépeçage et la cupidité de ceux qui sont en charge de son administration ne font que commencer. Une jacquerie éclata d'ailleurs à Charlus-. Un matin, Èble saisit un marteau, le lança aussi loin qu’il put du chantier maudit, et l'outil atterrit au sommet du mont Ventadour. Son cadet, Ebles II, lui succède et va devenir un des plus célèbres vicomtes du Limousin, lo chantador (cantador en sud occitan). Ensuite il n'y aura plus de rénovation d'envergure et Ventadorn restera dans son état du XVIème siècle débutant. Il va falloir des années pour que le château, qui, plus qu'un simple repaire, est un ensemble complet avec une enceinte fortifiée dotée d'un donjon et de quelques écuries et logis de ferme, prenne forme. Au XIIIème siècle Ventadour a du considérablement évoluer sur le plan architectural. Les petits ou grands magistrats locaux donnant le signal, l'hallali ne devait pas tarder. Après un court séjour en Espagne, Aymérigot revient en Haute Auvergne retrouver son épouse Mariotte. Depuis longtemps le pouvoir ne réside cependant plus dans le duché de Ventadour et maintenant la forteresse semble vide, hormis un simple concierge qui restera peut-être encore présent après 1789. Des substructures existent au pied des remparts Nord, de part et d'autre de la Tour Saint Georges et correspondent certainement à des constructions de service (dépôts-écuries-greniers) dont on voit encore les assises de poutres dans le rempart. L'abbaye sera pillée et brûlée en 1569 et 1585. Notre Société Historique une fois encore écartée de Ventadour. Cette démarche de reconstruction prouverait la possibilité de re-ouvrir des pièces. Autour d'eux se dressent une série impressionnante de châteaux occupés par leurs vassaux et amis sur les terres d'Auvergne et du Limousin (Anglard, Saigne, Miremont, Arches, Charlanne etc.). La création du Présidial de Tulle eut donc lieu en 1635. Il naît en 1351 au château de Beaudéduit, près de Limoges. En 1988, après quelques péripéties originales et parfois assez surréalistes visant à forcer de facto une vente, Ventadour fut très généreusement remis à la commune du Moustier par son légitime propriétaire, le Duc Antoine de Lévis Mirepoix, avec notre trés active contribution. Les jours de fêtes voyaient arriver jongleurs, musiciens et chanteurs même lorsque la période des troubadours fut achevée. Le principal personnage visé est. On sait que les deux tours étaient justement sur la façade nord. Le résultat est assez affligeant. Il acheta château à la Rebière d'Ussel. Il faut en réalité observer deux exemples de constructions semblables pour imaginer le style architectural : l'un vient d'un cliché des vestiges du château de Bressuire dont la représentation fut longtemps confondue, non sans vraisemblance, avec Ventadour et l'autre du château de Suscinio en Bretagne. Madame de Lamazière se porta acquéreur du site enchanteur en 1829. Venez découvrir ce monument riche en histoire. Les protestants tentent de sauver et de conquérir des hameaux et des villes où sont les leurs, toujours minoritaires en général dans la région. Cet édifice est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1840. Les deux repérées à Egletons sont-elles des exemples ​atypiques ? Le site était éloigné et difficile à défendre car entouré de collines un peu plus hautes. On nous permettra de souligner l'extrême probabilité de cette mémoire collective : Ebles ne reproduisait-il pas ici le choix d'un emplacement similaire à Comborn : une rivière impétueuse faisant une boucle, un promontoire dominant isolé et un site ancien, peut-être encore occupé à l'époque ? Une plaque en bronze, dont nous transmîmes le texte choisi par le Duc, fut ​​apposée pour rappeler le geste. On notera en faveur de, Quant au choix du castrum, du lieu fortifié stratégique qu'il doit occuper, est-ce une démarche volontaire ou bien une simple opportunité pré-établie quasi obligatoire ? Vient-il aux abords de, Cela est peu probable. En 1198, le vicomte se rebella une nouvelle fois contre Richard. Les religieuses se réfugieront à Saint Angel, tenu par les protestants, meilleurs chrétiens qui les sauveront ! Depuis toujours, c'est à dire quelques siècles, les habitants racontaient la légende du seigneur Ebles cherchant le bon endroit au-dessus du cingle de Chamalau (ou Chamalot en français) dans la paroisse voisine de Moustier, formé par une boucle du torrent de la Luzegea (Luzège - la Louise - la Luisante). Elle a donné naissance à Louis VI Henri de Bourbon prince de Condé. Mais il faut ajouter les portes et fenêtres avec les lucarnes qui furent disséminées dans la région d'Egletons lors de la "déconstruction" pour parler comme nos autorités. Encore visible lorsque nous avions le droit d'accéder librement au site (ce, Pour finir sur ce sujet malodorant, on sait que le logis disposait d'un autre "cacador" construit par commande du 12 juin 1445 faîte par le comte Charles 1. Le tout a fière et belle allure mais reste sobre et mesuré. Plusieurs indices lui permirent de retrouver les formes d'origine : les substructures des ​murs du rez de chaussée avec les bases des entrées et de certaines fenêtres, bien entendu. Ces combats eurent bien lieu mais ne paraissent pas avoir eu pour conséquence des avancées territoriales conséquentes là où elles sont notées. Blanche, l'épouse de Louis de Lévis, dernière descendante de la lignée directe d'Ebles 1, depuis la mort de Henri II en 1559. Les huguenots viennent un jour et pénètrent par force dans le lieu saint. Si le siège de justice, le détachement armé et l'administration du comté restent à Ventadour, ses occupants lui préfèrent de plus en plus les cieux plus lumineux et les espaces dégagés des abords des gorges de Dordogne. A Limoges, la Ligue se déchaîne contre les protestants (mais combien sont-ils ?) Le haut-Limousin est extrèmement fragmenté en une dizaine de seigneuries parfois très imbriquées. En 1790 l'ambiance change à Ventadour livré aux évènements et le curé de la paroisse de Moustier, Lassaigne, s'enfuit, signe d'une population désormais agitée et devenue peu sûre. Ce fut entrepris, entre autres tentatives, pour discréditer et minorer aux yeux d'irréductibles opposants, dation et donateur. M. Merceron finalement dans le doute, décida d'attribuer le "Gueule et Or" à Moustier et l'inverse à Egletons ! Certainement un pays assez inhospitalier composé de rochers, de torrents, de pentes infernales, avec un climat plus affirmé que de nos jours dont les amplitudes thermiques et les hivers rigoureux (fin de la petite glaciation) ne le changeaient cependant pas complètement de Comborn et de la haute Vézère, certes plus doux car moins élevés de 300m. Comborn au limes très réduit ne se remettra d'ailleurs jamais de cette césure domaniale, Ventadour devenant vite plus riche et puissant, en grande partie en raison de son étendue. Château de Ventadour en Corrèze, Moustier-Ventadour. Gilbert ne peut ni ne veut entrer dans le groupe des rédempteurs. Depuis quelques temps les nobles lignages n'en portent plus guère le titre et ne dotent plus Moustier. Ebles n'alla guère plus loin. Elles ​semblent destinées à des fenêtres de tour ou à celles de la façade Nord-Est, plus exposée au ​froid, plus étroites et moins adaptées à des ​chambres classiques. Pour certains l'épée, ou d'autres la hache, partit en revanche de, Ebles n'alla guère plus loin. Ce curieux régisseur envisage bien de lui-même la suppression des droits et coutumes, si ce n'est de la fonction elle-même. ​La problèmatique dans les stuctures médiévales fortifiées a toujours été la disponibilité de l'eau nécessaire aux hommes et aux animaux. De 1364 à 1380, Charles V entame une patiente reconquête du territoire. Turenne, l'éternelle rivale, ne soutient plus la. Elle fut certes détruite et reconstruite au XIXème siècle mais sur son emplacement ancien datant de l'époque romane. "Cette inexcusable omission n'a cependant pas eu lieu pour la vicomté de Turenne, si inférieure en toute sorte de titres au duché de Ventadour…". En 1771, ce dernier, Maréchal Prince de Rohan-Soubise et duc de Ventadour, se préoccupe enfin de l'état de son duché. Les trois hommes, père, fils et petit fils, derniers de leur race, sont partis dès le début de la Révolution pour monter une armée de 20 000 hommes qui portera leur nom et se battra de 1792 à 1801 sans obtenir grands résultats sinon de les ruiner. Les uns se jettent au sud dans le torrent de la Vinha (la Vigne) qui naît à Egletons et les autres, au nord, dans la Soudeillette, rivière à peine plus formée, que les anciens appelaient il y a quelques années encore "la petiota Luzegea" - "la petite Luzège", qui coule depuis les hauteurs du plateau de Millevaches. Sur ce promontoire à 240 mètres d'altitude, qui fut un oppidum gaulois (Combor, "le lieu qui fait barrage"), puis un site romain, s'édifia un castrum fortifié avant l'an Mille.