Abonnés, Comment le variant britannique du Covid-19 est-il détecté ? Accédez à tous les contenus et au journal numérique en avant-première, Les scientifiques prennent le gaz hilarant très au sérieux, Libération en version papier et numérique. Le protoxyde d'azote, aussi appelé gaz hilarant, est un composé connu pour son effet euphorisant et dissociatif lors de l'inhalation. L’âge médian est de 21 ans, mais la coordinatrice précise «qu’il y a aussi beaucoup de lycéens, voire de collégiens». Son inhalation … Plus connu sous le nom de " gaz hilarant ", le protoxyde d’azote est commercialisé comme gaz propulseur dans les cartouches pour siphons à chantilly. Les scientifiques prennent le gaz hilarant très au sérieux Par Paul Ricaud — 9 juillet 2020 à 06:14 Des cartouches de protoxyde d'azote, normalement utilisées pour les siphons a chantilly. Tu as envie de rire et tu es défoncé pendant 30 secondes", explique cet adepte. L’année dernière, un homme de 19 ans était mort d’un arrêt cardiaque lors d’une fête après avoir ingéré du gaz hilarant. Avec l'acétyl… Le «proto» jouit d’une plutôt bonne image, tant ses dangers sont encore méconnus du grand public. Mais c’est un usage détourné qui les rend de plus en plus populaires chez les jeunes. Très facilement accessible dans le commerce, le protoxyde d'azote, ou encore "proto" ou "gaz hilarant", se vend sous forme de cartouches destinées notamment aux siphons à chantilly… Remarqué pour sa gestion efficace de l'épidémie en début d'année, l'Etat hébreu paye aujourd'hui le prix d'un déconfinement hâtif, où les calculs politiques ont pris le dessus sur la stratégie sanitaire. L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies publie ce jeudi son enquête sur les nouvelles drogues. D’où la nécessité pour l’Anses de sensibiliser dans les milieux scolaires, où rien n’est prévu sur le sujet pour le moment. La consommation est très répandue dans le quartier de la Paillade à Montpellier comme le confirme Bilal, lycéen : "Ce sont des petites capsules grises, on en voit partout dans la rue". En respirant le protoxyde d’azote dont ils ont rempli des ballons, les consommateurs sont à la recherche de quelques secondes d’euphorie et de fous rires. pic.twitter.com/dQ4Iz4KaIb. Dans un rapport publié ce jeudi, les experts alertent sur une augmentation de la consommation chez les moins de 25 ans en France et sur l’urgence d’informer sur les dangers de l’usage de cette drogue détournée. Ces cartouches  contiennent du protoxyde d'azote, un gaz hilarant anesthésiant utilisé en médecine. En respirant le protoxyde d’azote dont ils ont rempli des ballons, les consommateurs sont à la recherche de quelques secondes d’euphorie et de fous rires. Qu’est ce que le protoxyde d’azote ? Certains cas étudiés évoquent des pertes de connaissance et des comas. «Aujourd’hui, rien sur l’emballage ne signale les risques de l’usage détourné de protoxyde d’azote», précise la scientifique, avant d’ajouter que la loi ne dit rien non plus sur l’incitation à la consommation des distributeurs. Une consommation répétée n'est pas anodine car en inhalant du protoxyde d'azote, on s’asphyxie et cela peut entraîner des problèmes cardiaques et neurologiques et également une carence en vitamine", explique Hélène Donnadieu-Rigole, addictologue au CHU de Montpellier. L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) a publié ce jeudi son enquête annuelle sur les nouvelles tendances de consommation et des nouvelles drogues sur le marché. Depuis 2019, l’élaboration d’une loi pour interdire la vente de protoxyde d’azote aux mineurs est en cours. «. La victime avait été touchée aux vertèbres. Cécilia Solal : «Ça montre bien que les effets réels du protoxyde d’azote sont contradictoires avec son image de drogue inoffensive.». Il suffit de vider les cartouches de gaz, destinées à l’origine pour les siphons à chantilly, dans un ballon de baudruche. De plus, en inhalant le gaz directement à partir de la cartouche, la vitesse est plus difficile à contrôle, ce qu… Son nom : le protoxyde d'azote, plus connu comme le "gaz hilarant". Il est utilisé en anesthésie, chirurgie, odontologie comme adjuvant (en mélange équimolaire avec de l'oxygène) pour ses propriétés anesthésiques et antalgiques. Il est dit « gaz hilarant » car euphorisant à l'inhalation, d'où son usage comme drogue récréative hallucinogène14,15. Gouvernement. Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a annoncé dimanche sur France 3 que la composition du gouvernement dirigé par le nouveau... Endeuillé par la mort de son mari il y a deux ans, l’élu parisien, militant anti-sida et pour le droit à mourir, plaide la dépénalisation des drogues. Le protoxyde d’azote a été découvert en 1772. Pourtant, le protoxyde d’azote, communément appelé «gaz hilarant», inquiète les scientifiques de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Abonnés Christian Perronne, ou la dérive d'un professeur de médecine. Abonnés. Le protoxyde d'azote, appelé aussi gaz hilarant, se trouve sous la forme de cartouches, comme celles utilisées dans les syphons à chantilly. Une pratique très répandue notamment dans le quartier de la Paillade à Montpellier. "Tu aspires puis tu expires plusieurs fois de suite et ça monte à la tête. L’un des cas étudiés par le rapport déclare prendre «300 à 400 cartouches par jour depuis six mois». Transition agricole et alimentaire: avons-nous le choix ? Face au réchauffement climatique, il devient nécessaire de transformer en profondeur notre manière de produire et de consommer la nourriture. Beaucoup pointent le numéro 2, Serge Hascoët. «Certaines personnes vont jusqu’à ingérer plusieurs centaines de cartouches par jour», détaille la toxicologue. L’actu Donc go Casino et achète des petites recharges pour . Felix Adank, porte-parole de la Société suisse des médecins dentistes (SS0), estime que moins de 10% des cabinets en sont équipés. "Gaz hilarant": des rires fugaces, des risques qui durent ... le gaz des siphons à chantilly utilisé comme une drogue euphorisante, alerte jeudi un rapport de l'agence sanitaire Anses. Car ce n’est pas qu’une drogue récréative. "À l'origine, ce gaz hilarant a été utilisé occasionnellement lors des soirées étudiantes, mais actuellement, on assiste à une dérive et les consommateurs sont de plus en plus jeunes. L’âge médian est de 21, . Il existe de nombreuses façons de consommer le gaz hilarant : vous pouvez l’inhaler à partir de bombes de chantilly ou d’aérosols de cuisine, mais nous suggérons toujours d’utiliser un ballon en combinaison avec une cartouche et un siphon à crème. Parmi eux, il y a le cas de deux jeunes filles de 21 ans. L’année dernière, un homme de 19 ans était mort d’un arrêt cardiaque lors d’une fête après avoir ingéré du gaz hilarant. Les jeunes en parlent librement car il savent que tout ça est légal : ces capsules sont en vente libre dans les supermarchés et ne coûtent pas très cher (un euro l'unité, moitié moins si vous les achetez en gros). Hélène Donnadieu-Rigole addictologue au chu de Montpellier explique les risques pour la santé, Reportage avec des consommateurs à la Paillade à Montpellier, Covid-19 : la livraison des vaccins au CHU de Nantes retardée à cause d'un "problème logistique", Une balle perdue traverse leur salon alors qu'ils regardent la télévision, PHOTOS - Ils explorent les sites abandonnés : zoom sur "l’urbex", qui fait de plus en plus d’adeptes, Féminicide à Strasbourg : rassemblement en hommage à Yasemin Cetindag, La campagne de vaccination de la Covid-19 commence dès la semaine prochaine en Mayenne, Une Porsche contrôlée à 207 km/h sur l'A7, Coronavirus : quels sont les indicateurs qui décideront d'un couvre-feu avancé à 18h dans le Grand Est. Des cartouches de protoxyde d'azote, normalement utilisées pour les siphons a chantilly. Lorsqu’elles contactent le centre antipoison, elles déclarent «avoir consommé à elles seules l’avant-veille 600 cartouches de protoxyde d’azote et la veille, 500 cartouches». Ne pas utiliser les ballons et inhaler directement à partir d’une cartouche peut geler votre bouche et vos voies respiratoires, en provoquant de graves blessures. Sur des sites spécialisés, on peut même s’en procurer en grosses bonbonnes – parfois, les ballons de baudruche qui servent à inhaler le gaz sont offerts. Il y a bien un effet de mode autour de cette drogue en France.» Pour elle, cette tendance pourrait être liée à la grande disponibilité du produit, peu cher et sans encadrement spécifique. Ma proposition de loi tendant à protéger les mineurs des usages dangereux du #protoxyde d’azote a été adoptée au @Senat à l’unanimité. », ajoute Cécilia Solal. Siphons à chantilly ou ballons de baudruche. Dans le Nord par exemple, où les cartouches jonchent les sols de plusieurs villes, des arrêtés municipaux interdisent leur vente aux mineurs et leur consommation dans l’espace public. Montpellier : le gaz hilarant a-t-il joué un rôle dans l’accident mortel du week-end dernier ? Le plus jeune cas étudié dans le rapport est âgé de 14 ans. Il est consommé à l'aide de petits ballons gonflables dans lequel le gaz est respiré. Pour les experts, la priorité est de combattre l’image positive accordée au «, » malgré sa dangerosité, en attendant une législation spécifique sur la question. C’est le même gaz qui est utilisé dans les bombes de chantilly. Le premier texte porté par les députés du groupe Ecologie démocratie solidarité fait écho aux préconisations de la Convention citoyenne pour le climat. “C’est un gaz pratiquement inodore, avec un vague goût métallique faible” décrit le Pr. Ce gaz hilarant s’impose peu à peu comme la drogue à la mode dans . Abonnés, Non, «Der Spiegel» n’a pas révélé que l’Allemagne a moins de morts du Covid grâce à l’hydroxychloroquine, Que sait-on de «l'agression» d'un jeune à Belfort le soir de Noël ? Son inhalation provoque des rires incontrôlés - d’où son surnom de «gaz hilarant» - qui s’estompent au bout d’une à deux minutes. Également utilisé et commercialisé comme gaz propulseur dans les cartouches pour siphons à chantilly, il est accessible à tous librement sur internet et dans le commerce. Les symptômes qui découlent de sa consommation sont surtout neurologiques et musculaires : fourmillements, contraction des muscles, maux de tête ou encore vertiges et troubles de l’équilibre. Ce gaz en vente libre est normalement utilisé dans les siphons à chantilly mais certains, en particulier les jeunes, le détournent de son usage. La police municipale alerte la population. Elle révèle le retour du gaz hilarant présent dans les cartouches des appareils à chantilly. Le gaz est employé dans le domaine médical pour son action analgésiant. Dans les rues de Lille, des capsules grises et des ballons sont répandues un peu partout dans le centre-ville. Tout savoir sur la circulation de la région, Retrouvez France Bleu sur tous les supports, Un jeune lycéen de la Paillade montre deux capsules dans sa main, Drogue : la cocaïne et le gaz hilarant de plus en plus répandus, Le maire de Montpellier demande une loi sur la vente des capsules de gaz hilarant, La LDH de Montpellier s’inquiète de la toxicité des gaz lacrymogènes, Près de 400 foyers privés de gaz à Montpellier à cause d'un incendie, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), Le gaz des siphons à chantilly, nouvelle drogue à la mode à Montpellier. Trois loups du numérique au secours de la cause animale, Pollution aux perfluorés : «Il faut accélérer la réglementation», Nouveau gouvernement attendu, Rubirola à Marseille, reconfinement en Catalogne… L'actu du week-end, Jean-Luc Romero-Michel, fort comme un veuf, Des députés déposent une proposition de loi pour encadrer la pub, Israël rattrapé par le coronavirus, Nétanyahou sous le feu des critiques, Harcèlement sexuel à Ubisoft : «On savait». Les bombes chantilly semblent se démultiplier dans les soirées étudiantes. Utilisé pour monter de la chantilly, le protoxyde d’azote permet aussi de « planer ». Pour les inhaler, les jeunes utilisent un siphon ou un ballon de baudruche. Pour les experts, la priorité est de combattre l’image positive accordée au «proto» malgré sa dangerosité, en attendant une législation spécifique sur la question. «C’est un sujet qui émerge depuis quelques années, maintenant l’idée est qu’il faut arrêter cette mode», ajoute Cécilia Solal. Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon mettent à profit leurs réseaux pour soumettre à un référendum d’initiative partagée six mesures pro-animaux. L’effet est immédiat mais court. La plupart des consommateurs sont des jeunes hommes. Une pratique très répandue notamment dans le … D’où la nécessité pour l’Anses de sensibiliser dans les milieux scolaires, où rien n’est prévu sur le sujet pour le moment. Du gaz chez le dentiste. Elle révèle le retour du gaz hilarant présent dans les cartouches des appareils à chantilly. La plupart des consommateurs sont des jeunes hommes. Votée à l’unanimité par le Sénat, la proposition de loi devrait bientôt passer devant l’Assemblée nationale, dont l’agenda a été modifié par la crise du Covid-19. C’est en étudiant les données recueillies par les centres antipoison de France de 2017 à 2019 que les rédacteurs du rapport ont confirmé leur intuition : «70% des cas concernent la seule année 2019, explique la coordinatrice de l’étude, Cécilia Solal. Une étude allemande a révélé, lundi, la contamination, au-dessus des valeurs réglementaires, des enfants et adolescents européens aux perfluorés et polyfluorés. Usuellement appelé “proto” ou “gaz hilarant”, le protoxyde d’azote (N2O) est un gaz employé pour différentes utilisations. Abonnés Covid-19 : où en sont les vaccins développés par la Russie et la Chine ? Également connu sous le nom de « gaz hilarant », le protoxyde d’azote est un gaz à usage courant, notamment utilisé dans les cartouches pour siphon à chantilly. Une proposition de loi qui, si elle était votée, améliorerait le sort d’un milliard de bêtes. Ce gaz incolore a une odeur et un goût légèrement sucrés. Ce gaz hilarant est peu addictif mais loin d’être inoffensif. Ce gaz, c’est le protoxyde d’azote, ou «proto». Alors qu’il y a une dizaine d’années, il était consommé dans des milieux plus confidentiels, on le retrouve aujourd’hui dans la rue, les festivals ou les soirées étudiantes. Il s'agit d'un gaz incolore à l'odeur douceâtre. Xenia Trier, experte à l'Agence européenne de l'environnement souhaite un encadrement plus strict de ces produits. Une autre tendance émerge : le retour des gaz hilarants, comme le protoxyde d'azote présent dans les cartouches que l'on met dans les appareils pour faire de la chantilly. Ses propriétés l'ont rendu très populaires lors des soirées étudiantes. On l’emploie aussi à l'hôpital comme anesthésiant, dans des aérosols d'air sec ou dans des bonbonnes pour l'industrie. Conseil scientifique. Protoxyde d’azote: un gaz hilarant aux séquelles neurologiques loin d’être drôles Vigil’Anses, n° 11, 2020-07, 4 p. Le protoxyde d’azote, communément appelé « gaz hilarant » est notamment utilisé dans des cartouches pour siphon à chantilly. Depuis plusieurs semaines, des capsules contenant du gaz hilarant sont découvertes sur la voie publique à Blainville-sur-Orne. Finalement, la seule information qu’on peut tirer de cet article est : si vous utilisez du gaz hilarant pour rigoler, faites-le raisonablement, c’est-à-dire ni trop longtemps ni trop souvent. Vendue dans le commerce comme recharge de gaz pour les siphons à chantilly, elle est à la portée de tous, y compris des mineurs et de toutes les bourses (autour de 50 centimes la cartouche). Recevez la newsletter quotidienne de Libération pour ne rien manquer de l'actualité, Le journal du jour en exclusivité et le journal de demain avant tout le monde, Craintes du Conseil scientifique, début des négociations sur les retraites, alerte sur le gaz hilarant... l'actu de ce jeudi, Royaume-Uni : une mutation du coronavirus sous haute surveillance, Covid-19 : le vaccin ne sera pas recommandé aux ex-malades. Comme comburant, il accroît la puissance des moteurs en compétition automobile. La mise en place d’une cellule de crise après les accusations publiées dans «Libération» n’a pas empêché la multiplication des témoignages décrivant la culture toxique à l’œuvre dans l’entreprise de jeux vidéo. Quelques minutes seulement d’euphorie et de crise de fou rire conduisent à bien mal nommer le protoxyde d’azote : « gaz hilarant »… La crainte, c'est aussi que cette toxicomanie légale pousse les jeunes vers d'autres drogues interdites et encore plus dangereuses. Mais la durée de ces effets ne dépasse pas une minute, ce qui pousse les plus accros à en prendre des quantités impressionnantes. La consommation du gaz hilarant, contenu par exemple dans les cartouches à chantilly, serait en hausse. Le plus jeune cas étudié dans le rapport est âgé de 14, ans. Une substance qu’on retrouve dans les rayons… de pâtisserie. Cannabis thérapeutique : une association interpelle Dupond-Moretti. Mais la durée de ces effets ne dépasse pas une minute, ce qui pousse les plus accros à en prendre des quantités impressionnantes. Une proposition de loi a été déposée pour encadrer la vente de protoxyde d'azote. Il en ressort cette année une forte croissance de la consommation de cocaïne. Une fois utilisées, les capsules sont jetées comme des mégots, il suffit de baisser la tête pour en voir au pied des arbres ou derrière les bancs. Le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, dont la mission a été prolongée, craint une deuxième vague à... L'association L630, spécialisée dans le droit des drogues, demande au nouveau ministre de la Justice la fin des poursuites pour les patients consommateurs de cannabis. ... en manipulant un siphon à chantilly. Une pratique très dangereuse qui «tend à augmenter depuis 2018», selon un communiqué du ministère de la Santé. Le protoxyde d'azote : c'est quoi ? Couvre-feu à 18h : pourquoi l'Ardèche plutôt que la Drôme ? Pour limiter le détournement des cartouches par les adultes, l’Anses propose aussi de restreindre la quantité de cartouches disponibles à l’achat et d’apposer un nouvel étiquetage sur les produits. Depuis quelques temps, son usage est détourné pour ses propriétés euphorisantes en France. Les symptômes qui les inquiètent sont alors des vertiges, des pertes de connaissance, une gêne respiratoire ou encore des douleurs dorsales. A Marseille, la grève des éboueurs tourne au vinaigre, Au secours de «Science & Vie», Roselyne Bachelot veut revoir les aides à la presse, Profaner une tombe, «c'est une façon de poursuivre un combat idéologique» Abonnés, L'année 2020 vue par les enfants : «Je n’irai pas jusqu’à dire qu’on était comme en prison mais bon...», Chine-UE : grand accord en vue sur les investissements Abonnés, L'Argentine légalise enfin l'IVG, le reste de l'Amérique latine à la traîne, Renforcement du couvre-feu, Saint-Sylvestre sous surveillance, loi IVG en Argentine... L'actu de ce mercredi matin, Vers un couvre-feu à 18h, disparition de Pierre Cardin, tremblement de terre en Croatie... L'actualité ce mardi, Comment abattre un drone avec du matériel sportif Abonnés, Jérôme Chappellaz : «La glace archivée en Antarctique nous racontera l’histoire de la planète» Abonnés, Se vacciner ou non, un choix impossible pour les «oubliés de la vaccination», «Le voyeurisme de la dernière chance n’est qu’une des composantes du boom du tourisme polaire» Abonnés, Tour du monde des lendemains de fêtes Abonnés, Colombey, mise en bières tragique d’une année pourrie Abonnés, En Angleterre, un projet minier devient un enjeu de justice climatique Abonnés, Impact environnemental des aliments : le casse-tête du «score carbone» Abonnés, Pas-de-Calais : un projet de serre tropicale géante crée la discorde Abonnés, Vaccin Pfizer : 3000 personnes ont-elles subi des effets indésirables aux Etats-Unis ? Ce gaz est disponible en vente libre dans des capsules métalliques grises car il est utilisé en cuisine comme gaz propulseur dans les siphons à chantilly. Très facilement accessible dans le commerce, le protoxyde d'azote, ou «gaz hilarant», se vend sous forme de cartouches destinées notamment aux siphons à chantilly. Gaz hilarant : les dangers d'une drogue en vente libre . Aujourd’hui, c’est au niveau local que les réglementations sont mises en œuvre. A lire aussiA Marseille, un gisement de gaz hilarant.